Accueil Gagner plus d'argent Assurance-vie où comment valoriser son épargne ?

Assurance-vie où comment valoriser son épargne ?

1087
2
PARTAGER

Cet article fait partie de la série d’articles concernant le guide de l’assurance-vie, il va vous permettre de mieux comprendre son fonctionnement et surtout de faire les bons choix au moment de la souscription et durant toute la durée de votre contrat.

Optimiser son assurance-vie, choisir un contrat euros ou Multi supports ?

Un client qui s’est constitué un capital, peut le faire fructifier en le valorisant.

Il a le choix entre deux types de valorisation pour son assurance-vie :

  • soit son capital est positionné sur un ou des supports Euros pour la sécurité
  • soit son capital est positionné sur des UC (unités de compte : OPCVM- OAT [Offre assimilée du Trésor] – ACTIONS) et là, la valorisation de son contrat dépend des fluctuations boursières puisque le client s’est positionné sur les marchés financiers

L’avantage du contrat multi supports est de permettre au client de pouvoir se diversifier en fonction des opportunités des marchés financiers et de ne pas avoir « ses œufs dans le même panier ».

Il peut ainsi arbitrer à moindres frais lorsqu’il le souhaite en faisant appel à son conseiller en assurance-vie.

Par ailleurs, il peut aussi bien mettre ses plus-values de côté en les écopant vers un support sécuritaire.

Si les supports en euros de l’assurance vie offrent une sécurité totale (capital et intérêts sont garantis), l’espoir de plus-value est limité. A l’inverse, les supports en unité de compte (UC) permettent de « doper » une performance mais impliquent une prise de risque.

Tout dépend aussi du projet que le client a, s’il est sur du court terme ou du moyen, long terme.

Les fonds en Euros de l’assurance-vie

Ils sont valorisés en fonction d’un taux mais lequel ?

Pour l’assurance-vie, souvent, les fonds placés sur des supports à taux sont valorisés en fonction d’un TMG (Taux Minimum Garanti) qui est basé sur le TME (Taux Moyen des Emprunts d’état).

Rappel : le Taux Moyen des Emprunts d’Etat dépend du marché obligataire.(OAT à 10ans)

La réglementation des taux des fonds euro de l’assurance-vie

Depuis le 1er juin 1995, le taux d’intérêt technique applicable aux contrats d’assurance vie et capitalisation est au plus égal à 75% du taux moyen des Emprunts d ’Etat (TME) calculé sur la base semestrielle sans pouvoir dépasser, au delà de 8 ans, le plus bas des deux taux suivants : 3,5% ou 60% du TME.

Pour les contrats à primes périodiques ou capital variable, quelle que soit la durée, le taux maximum autorisé est égal au plus bas des deux taux suivants : 3,5% ou 60% du TME

Le fonctionnement de la détermination du TMG

L’assureur regarde tous les mois à combien s’élève le taux des OAT à 10 ans, il fait une moyenne sur les 6 derniers mois et applique le pourcentage fixé par les Conditions générales du contrat.

Exemple :

Octobre 3,72 %
Septembre 3,69 %
Août 3,24 %
Juillet 3,12 %
Juin 3,05 %
Mai 3,02 %

TOTAL 19,84 %

Taux moyen des emprunts d’état sur les 6 derniers mois est de 19,84 : 6 = 3,31%

Si le contrat d’assurance-vie prévoit un TMG égal à 60 % du TME : 3,31 x 60% = 1,98%
Le TMG du contrat sera de 2%. L’assureur arrondit. Le pourcentage évolue par pas de 0,25%. Dans le cas présent 2 %. Si le TME avait été de 2,15 %, l’assureur aurait appliqué 2,25 %.

En conclusion, en fonction de l’évolution du Taux Moyen des Emprunts d’Etat, les contrats d’assurance vie – capitalisation voient leur TMG augmenté ou diminué.

  1. Soit l’assureur décide de fixer un taux de revalorisation dès le 1er janvier de l’année et pour toute l’année, on appelle ce taux : le TMAA (Taux Minimum Annuel Annoncé). Le client ne peut pas avoir moins que cette revalorisation
  2. Soit le taux est dit majoré : pendant les 8 premières années, c’est toujours le TME qui sert de base et l’assureur applique 75% du TME pour fixer le taux majoré.
  3. Soit le contrat est revalorisé en fonction d’un « panier d’indice » et par voie de conséquence il a un objectif de rendement.

« Les paniers d’indice » peuvent être des références d’indices boursiers par exemple.

A cette valorisation, l’assureur ajoute, tous les ans en fin d’année, une participation aux bénéfices (PB) en fonction des résultats de l’entreprise, des résultats financiers du contrat.

Il peut arriver que certaines années, l’entreprise en gestion de l’assurance-vie n’ait pas distribué de PB.

Il s’agit bien souvent de contrat pour lesquels de taux garanti est déjà plus élevé que les taux pratiqués sur la marché et par voie de conséquence, les résultats du contrat sont pénalisés dans la mesure où l’assureur est obligé de verser le rendement pour lequel il s’est engagé.

Exemple d’une assurance-vie où dans les conditions générales, le TMG du contrat est de 4,50% pendant toute la durée du contrat.

Les clients ne peuvent que se féliciter d’avoir souscrit un tel contrat, l’assureur doit même avec aujourd’hui des taux très bas verser les 4,50% promis.

En conclusion, les supports Euros des contrats d’assurance-vie sont valorisés de la manière suivante, au 31/12 de chaque année :

Capital net investi + TMG (ou TMAA) (ou Taux majoré) + PB – Frais de gestion = TGR Net

TGR (Taux Global de revalorisation) net car à ce TGR fera l’objet d’un prélèvement social sous certaines conditions.

Ils sont prélevés tous les ans au 31 Décembre sur les contrats mono support en euros.

Ils ne sont prélevés qu’en cas de rachat partiel ou total sur les contrats multi supports.

Par conséquent, au TGR Net, l’assureur prélève le montant des prélèvements sociaux et on parlera de TGR Net Net.

Les supports OPCVM dans son contrat d’assurance-vie

Comme il a été présenté en amont, les Unités de Compte permettent de valoriser au mieux un contrat dans la mesure où les marchés financiers y sont propices.

Comment investir sur ce type de support au sein de son assurance-vie ?

Tout simplement en achetant un nombre de parts : prendre le montant de l’épargne nette et le diviser par la valeur liquidative à laquelle on ajoute les frais d’acquisition du support.

Exemple :

Versement de 10 000 € x 4% = 400 € = 9 600 € Epargne nette investie
Valeur de la part : 56,78901
Droits acquis au support : 1,5% sur la valeur = que j’ajoute à la valeur de la part :
56 ,78901 + 0,85184 = 57,64085 €

Nombre de parts acquis : 9 600 / 57,64085 = 166,54855 parts

Le nombre de parts est toujours exprimé avec 5 chiffres après la virgule depuis la réglementation sur la décimalisation.

Ne pas oublier que le client achète donc un nombre de parts qui lui ne varie pas. Ce n’est que la valeur de la part qui varie à la hausse ou à la baisse en fonction des marchés.

Les 3 éléments de valorisation des parts d’unité de compte pour votre assurance-vie :

  • La valeur liquidative de la part qui est consultable dans la presse financière.
  • La distribution des dividendes de la part correspond à la participation aux bénéfices et est en fonction de la gestion du portefeuille.
  • Ne pas oublier les frais de gestion qui sont prélevés en fin d’année.

Pour le client, tout ceci est transparent puisqu’en fin d’année, lorsqu’il reçoit son relevé annuel, seul apparaît la valeur de la part au 31.12.. Les dividendes et les frais de gestion ont déjà été calculés.

Valoriser en arbitrant

Là encore, lorsque le client souhaite faire fructifier son contrat d’assurance-vie, il a la possibilité de déplacer des montants de supports OPCVM vers des supports Euros ou à l’inverse.

Tous les contrats ne prévoient pas des arbitrages dans les 2 sens.

Valoriser en écopant

Lorsque le client veut « mettre de côté » les plus-values enregistrées dans un contrat sur des supports UC, il peut sécuriser ces plus-values sur un ou des supports Euros. Tous les contrats d’assurance-vie ne proposent pas cette possibilité.

Une fois que le contrat arrive à maturité, le client va se préoccuper de la transmission de son patrimoine immobilier mais aussi financier. Et il sait que le contrat d’assurance vie fait partie d’une des solutions qui lui permettent de favoriser ses proches ou des tierces personnes.

2 Commentaires

  1. bonjour

    dans ce cadre, un contrat comme fortunéo vie est pas mal du tout : bon fonds euros et pas mal de fcp

    ludovic

  2. Je pense que la valorisation de la retraite est un peu risquée. En effet, les retraités courent le risque de tout perdre. Le marché de la bourse est très instable et imprévisible. Cependant, quand c’est sûr que l’on va faire des bénéfices, il ne faut pas hésiter à investir.

Laissez un commentaire