Accueil Développement personnel Changement de cap : projet d’entreprise

Changement de cap : projet d’entreprise

709
5
PARTAGER

Dans un précédent billet, je vous parlais d’une remise en perspective de mes projets après des vacances biens méritées à la Martinique. Et bien croyez moi, je n’ai pas chômé. J’ai durement travaillé sur le projet avec mon futur associé et je suis en mesure de vous en dire un petit peu plus, surtout car les choses se concrétisent et prennent forme !

Avant le projet professionnel, un projet de vie

J’ai en apparence toujours suivi les règles érigées par la société, j’ai fait des études parce qu’on me disait que sans diplôme je n’aurai pas de travail. J’ai passé mon master parce qu’on me disait qu’avec un bac+5 j’aurai un meilleur métier. Je suis rentré dans une grande entreprise parce qu’on me disait qu’une grande entreprise c’était la sécurité et que les temps étaient difficiles pour ceux qui recherchaient un emploi…

Certes je ne remets pas ces principes en question (bien que…), cependant et si tout ça ce n’était pas pour moi…? Comment expliquer le fait de ne pas être épanoui dans mon travail (bien que celui-ci soit vraiment sympa !), comment expliquer que derrière mon volant, pendant les 2h30 de bouchons quotidiens auxquels j’ai droit dans la région parisienne je me demande ce que je fais ici ? L’explication est pourtant simple, je vis une vie qui n’est pas la mienne..

Ainsi en février je décidais un changement de cap, mais avant le projet professionnel, c’est un projet de vie que je souhaitais me construire.

Première étape : poser les fondations de mon nouveau projet de vie

Dans ma tête les choses sont claires, au lieu de survivre à Paris, je préfère vivre en province. J’ai donc planifié mon retour dans l’Ouest auquel j’aspire depuis un long moment maintenant. J’ai commencé à chercher des appartements et je trouve petit à petit chaussure à mon pied avec un budget tout à fait raisonnable.

Au revoir président ! Le choix est fait, mon contrat se terminera fin septembre. j’ai posé tous les congés qu’il me restait ce qui me permettra d’arrêter de travailler au début du mois de Septembre et cela me laissera un petit mois pour mettre en ordre mes affaires, mon déménagement et m’adapter à ma nouvelle vie.

La troisième étape du nouveau projet de vie, ce sera de parvenir à combler le manque de revenus que mon travail m’apportait, et c’est là le véritable défis !

Seconde étape : poser les fondations de mon nouveau projet professionnel

Je disais donc que je n’en pouvais plus du travail salarié. Loin d’être un caprice, les raisons sont évidentes et claires dans mon esprit. Voici ce que l’entrepreneuriat apporte, et cela se résume en un mot : Liberté.

  • La liberté de gérer son temps à sa convenance
  • La liberté de choisir les directions que l’on veut donner à son travail
  • La liberté de choisir les personnes avec qui l’on travaille
  • La liberté de pouvoir déconnecter quand on le souhaite (si l’on est accompagné cela va de soi)
  • La liberté de construire quelque chose à son image et d’insuffler ses propres valeurs à son entreprise
  • La liberté financière (évidemment, si le pari s’est avéré gagnant !)

Avec un ami de longue date (qui sera demain mon associé), nous avons peaufiné notre projet. On savait que l’on souhaitait se diriger vers le tourisme, on savait que l’on souhaitait que cela se passe dans l’ouest et si possible en Bretagne (le berceau de ma famille, de mes racines mais aussi le plus bel endroit du monde : et cet argument est totalement objectif….).

Nous avons donc élaboré un business, model, un plan d’actions, un prévisionnel financier, nous avons travaillé chacun sur les sujets qui nous intéressaient et en adéquation avec nos compétences. Aujourd’hui nous avons un projet d’entreprise solide, il s’agira maintenant de le tester…

Troisième étape : tester ma future entreprise

Il existe plusieurs manières de tester son projet d’entreprise :

  • Confronter l’entreprise au marché : c’est à dire vendre le produit et analyser les résultats. Cela nous était impossible car nous devions disposer d’autorisations spécifiques pour exercer, ce n’était donc pas une voie exploitable.
  • Confronter l’entreprise à des personnes d’expérience : c’est la voie que nous avons choisi. J’ai ainsi déposé un dossier de candidature pour une pépinière d’entreprise. Quelques jours après j’ai été convoqué pour un entretien avec une grande personnalité du monde de l’entrepreneuriat français (et quel entretien, je vous en ferai part dans un prochain billet). Deux heures en tête à tête avec l’expérience personnifiée. Autant vous dire que mon projet a rapidement pris de l’ampleur !

Le matin même j’apprenais que mon projet avait été sélectionné, que j’intégrais la pépinière à partir de Septembre et qu’une conférence de presse était déjà organisée pour présenter les différents projets.

 

Ce que je souhaitais transmettre à travers ce billet, c’est que parfois le changement ne se joue qu’à un cheveux. Le changement peut peut être volontaire ou involontaire et il peut venir de partout… alors réfléchissez-y à deux fois avant de partir en vacances, les conséquences peuvent être non maîtrisée… ;)

5 Commentaires

  1. Bonjour et merci pour ce billet. Je l’ai lu et trouvé très intéressant : je m’y retrouve lorsqu’en 2006 j’ai sauté le pas du salariat pour monter ma (mes) boite (s).
    Il y a juste un détail pour lequel j’apporterais une nuance, celui du mot « liberté ».
    Car il ne s’agit pas tout à fait de liberté, mais plutot de confort. Si tu bosses dans l’immobilier, tu auras forcément a faire à certains notaires peu sympathiques, à certaines clientes casse-bonbon, à des fournisseurs feu fiables et malgré tout tu seras contraint de faire avec. De même pour gérer soi-même son temps de travail : c’est très relatif car en période de forte activité, tu es tenu d’assurer ton poste si tu veux que le CA soit au rendez-vous, et c’est d’autant plus impliquant que cette fois c’est TA boite et non celle de ton patron.
    En somme : la liberté est dés lors toute subjective. :)
    Mais je te rassure, le fait de piloter soi-même sa structure est de loin un confort indéniable. :)
    A bientot.
    Steeve

  2. C’est le premier article que je lis de ton blog, celui-ci date de 2014, je ne sais pas donc si ton projet a marché mais je me suis posé la question de savoir si ce n’était pas le tête à tête avec 101 projets ou Yump?

    • Salut Megane,

      Le projet suit son cours, par ailleurs ce n’est plus un projet mais une véritable entreprise ;) Rien à voir avec 101projets ou Yump, nous avions intégré la nurserie numérique de Malestroit !

Laissez un commentaire