Accueil Entrepreneuriat Création d’une seconde entreprise : attention aux pièges !

Création d’une seconde entreprise : attention aux pièges !

745
0
PARTAGER

Comme certains d’entre vous le savent, le business est un peu plus long à démarrer que prévu sur ma première entreprise, ce qui fait que je suis dans l’incapacité de me payer convenablement. Afin de générer du cash, nous avons décidé avec mon associé au mois de Septembre la création d’une seconde entreprise, cette fois dans la rénovation d’habitat et les travaux d’isolation. Nous connaissions bien le métier et l’idée était simple, sous-traiter la prise de Rendez-vous, sous-traiter la fabrication et sous-traiter la pose. Autrement dit, nous n’aurions dû nous occuper uniquement du commercial. Ca, c’était dans l’idéal… Mais nous allons voir que tout ne se passe pas toujours comme prévu lors de la création d’une seconde entreprise…

Des problèmes de prospection commerciale

Nous envisagions de sous-traiter la prise de RDV tout simplement car celle-ci est très simple. Il suffit de dérouler une trame et en une heure de phoning on prend généralement un ou deux RDV qualifiés. Or, il s’est avéré que chacun des partenaires avec qui nous avons pu travailler (et donc dépenser de l’argent) s’est avéré être mauvais dans son métier. Soit les RDV n’étaient pas correctement qualifiés, soit le rendement n’était pas suffisant. De fait, nous avons dû prospecter par nous-même, et là comme par magie les premiers RDV qualifiés sont arrivés.

Le problème, c’est qu’entre la première entreprise et la seconde je n’avais pas le temps de faire la prospection moi-même. C’est alors que nous avons décidé de nous répartir les tâches mon associé et moi.

Création d’une seconde entreprise, ou comment mal répartir les tâches avec son associé…

Jusqu’à présent je suis le financier des entreprises que nous créons. Je m’occupe de gérer la comptabilité, les prévisions, les contraintes légales et enfin du design de nos supports commerciaux (papiers et sites web). Mon associé lui est plus spécialisé dans le commercial puisqu’il est commercial de formation et d’expérience.

A la suite d’une longue conversation avec lui, il a été décidé qu’il prenne les rennes de cette seconde entreprise et que je gère à temps plein la première. Le but étant de venir en support pour l’aider maintenant que la machine était lancée.

Il a suffit d’un mois pour voir l’entreprise se retrouver dans le rouge. Il avait vidé le capital de l’entreprise en achetant des RDV non qualifiés et en faisant ses premières ventes en 3 fois sans frais. Ce qu’il n’avait pas réalisé, c’est que pour vendre il faut avoir des fonds de roulement (BFR), ces fonds permettent notamment d’acheter les matériaux à vendre etc… Sans cash, les ventes étaient impossibles. Résultat les courses, la création d’une seconde entreprise est en train d’être avortée car j’ai laissé les rennes de la comptabilité à quelqu’un qui ne sait pas gérer le cashflow.

Moralité : lors de la création d’une seconde entreprise, tout comme d’une première, il faut veiller à répartir les tâches entre les associés en fonction des compétences de chacun. Sinon vous foncez droit dans le mur !

Où en est la création d’une seconde entreprise aujourd’hui ?

Aujourd’hui nous tentons tant bien que mal de réparer les erreurs qui ont été faites afin de ne pas perdre trop d’argent sur cette affaire. Une fois la balance à 0 je pense que nous fermerons la société car nous avons un manque de temps flagrant.

Laissez un commentaire